Le voyage d’un bout d’écorce

ll fait partit des oiseaux rares mais le mois de septembre est assurément le meilleur moment de l’année, pour observer ce véritable bout d’écorce en migration qu’est le Torcol fourmilier.

Torcol-fourmilier- Crédit David LEDAND
Torcol-fourmilier- Crédit David LEDAN

C’est dans un endroit assez dégagé : un pré rase, un chemin ou un morceau de dune que vous pourrez surprendre l’oiseau. Souvent au sol, il collecte les fourmis grâce à sa longue langue et tort son cou de gauche à droite pour mieux détailler les insectes dissimulés dans la végétation. Pas forcément farouche, il pourra s’envoler dans vos pieds, surprenant le distrait promeneur que vous êtes …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s